Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Europe, jeunesse et démocratie

Assemblee_des_jeunes2.jpgLa démocratie, lorsqu'elle se meurt, commence toujours par voir s'échapper la jeunesse qui est chaque fois la première à perdre ses illusions en un système politique qui ne lui paraît plus à même de lui offrir un avenir. L'histoire de nos démocraties modernes nous montre combien, dès que la jeunesse n'accorde plus sa confiance au personnel politique, le système tout entier vacille et finit par tomber dans un élan de violence, de révolte et de chaos. Dès lors, il nous appartient d'être attentifs aux signes avant-coureurs de ce basculement : montée de l'abstention, résurgence des idéologies extrêmes, défiance vis-à-vis des institutions, remise en cause du caractère démocratique du système politique et regard critique sur la classe dirigeante.

Le sens civique n'est pas une faculté innée mais est la résultante d'une éducation à l'expression citoyenne Dès lors il est tout à fait indispensable de travailler à l'intégration de notre jeunesse au débat et à la prise de décision. Alors que notre société tend à mettre en péril l'équilibre entre devoirs et droits, pourtant si nécessaire à la démocratie, cette expérience participe à la formation et à l'exercice de l'esprit citoyen. Il rend à ce mot son sens initial que les grecs antiques utilisaient pour décrire celui qui participe aux affaires de la cité. La jeunesse doit se saisir des outils que la démocratie lui offre pour exprimer, dans la sérénité, ses aspirations et ne pas se laisser éblouir par les discours caricaturaux des anti-système.

Après avoir été à l'origine de la première édition du Parlement des Jeunes en 1999, pour fêter le 50ème anniversaire du Conseil de l'Europe, j'ai souhaité renouveler l'expérience en 2012. Cette fois c'est en tant que Président de l'Assemblée Parlementaire du Conseil de l'Europe que j'ouvrirai un espace de débat et de réflexion sur le rapport qu'entretiennent la jeunesse et la démocratie. L'Assemblée des Jeunes 2012, soutenue par le fonds européen pour la jeunesse, se tiendra ainsi à Strasbourg du 5 au 7 octobre 2012. Cela me paraissait devoir se tenir dans un cadre européen pour deux raisons majeures. La première est que la méconnaissance des mécanismes de décision au niveau européen crée une certaine incompréhension chez les citoyens européens. La seconde est que l'Europe, comme niveau de décision, est assurément le plus efficace pour sortir les pays souverains du marasme économique actuel.

Enfin, la jeunesse place dans l'Europe une confiance que ses aînés lui refusent. Dès lors, montrons-nous dignes de cette confiance et, à notre tour, convainquons la de la nécessité pour elle de prendre la place qui lui revient dans le processus démocratique. Pour en savoir plus je vous invite à consulter le site de l'Assemblée Parlementaire du Conseil de l'Europe.

Jean-Claude Mignon

Auteur: Jean-Claude Mignon

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Alep.jpg

APCE : Alep au centre des débats

Nommé rapporteur sur la situation à Alep dans le cadre de mes fonctions auprès de l’Assemblée...

Lire la suite

Commission_Permanente_Nicosie.jpg

APCE : La Commission Permanente s’ouvrira à Chypre sur la situation à Alep

Le 25 novembre prochain, la Commission Permanente de l’APCE se réunira à Nicosie dans le cadre de...

Lire la suite