Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

1914-2014, les leçons de l’Histoire

Armistice.jpgLundi prochain, les célébrations du 11 novembre auront la saveur particulière des ces instants où le poids de l’Histoire pèse plus qu’à l’accoutumée. Chaque année depuis 95 ans, l’anniversaire de la signature de l’armistice est un moment grave et solennel pour chacun. Quelque soit notre âge, notre condition, nos idées, nos origines ou notre religion, tous nous ressentons ce qu’il y a eu d’effroyable dans les tranchées. Tous, nous avons devant les yeux ces millions d’hommes que la déraison a envoyé croupir dans le froid et la boue en attendant la mort. Tous nous avons à l’esprit les mots qu’ils écrivirent à leurs femmes, à leurs enfants et à leurs parents. Un siècle est passé et pourtant cela nous semble si proche. Si intime. Si profondément inscrit dans nos chaires et dans l’âme de la France.

Les derniers poilus s’en sont allés mais leur mémoire, elle, perdure grâce à l’école de la République qui enseigne génération après génération ce que fut la guerre de « 14 ». L’Histoire est un cycle dont il convient de s’épargner les erreurs commises par nos prédécesseurs. Or rien, jamais, ne le permettra plus que le partage de ces souvenirs communs qui forgent la nation parce qu’ils lient les hommes entre eux par le sang versé pour leur liberté. Le général De Gaulle, un 11 novembre 1942, devant les Français de Grande-Bretagne réunis dans la salle de l'Albert Hall dira : « Le ciment de l'unité française, c'est le sang des Français qui n'ont pas, eux, accepté l'armistice, qui, malgré Rethondes, continuent à mourir pour la France ». De 1914 à 1940, de Rethondes à Rethondes, un cercle tragique et terrifiant.

Il a fallu pour le briser le courage de quelques hommes, au premier rang desquels se trouvait De Gaulle, qui ont tendu la main à l’ennemi d’hier. Le fruit de cela, c’est l’Europe. Une terre de paix, de liberté et de progrès depuis 1945. Ainsi, en ce 11 novembre 2014, souvenons-nous des épreuves et des tragédies humaines qui ont lacéré le siècle passé et qui, ce qui paraissait impossible, sont devenues le terreau d’un équilibre politique dont nous mesurons mal la préciosité et la fragilité. Souvenons-nous que chaque fois ce sont les difficultés économiques qui nous ont conduits aux heures les plus sombres de notre Histoire. Gardons à l’esprit les leçons du passé pour nous prémunir des tentations belliqueuses, du repli sur soi et de la recherche de boucs émissaires, qui attendent patiemment de proliférer.

En 1914 sur le front, les poilus n’ont été que les pions des discours politiques, des propagandes d’Etat et des stratégies militaires. Les hommes, de chaque côté de la ligne, n’avaient eux rien à reprocher à ceux qui pointaient leurs baïonnettes en face. A Noël 1914, dans la Somme comme ailleurs, combien de soldats allemands et français ont passé quelques heures dans le camp adversaire, à échanger des cigarettes et à s’avouer leur incrédulité devant leur situation. C’est un des enseignements majeurs de la « Grande guerre », ce qui rassemble les hommes est bien plus grand que ce qui les divise. A l’heure de célébrer l’armistice, et de penser à tous les morts pour la France, les mots de l’artilleur Alexandre Delouche (108 Régiment d’Artillerie Lourde) décrivant ce qui s’offre à ses yeux dans l’Aisne le 27 octobre 1918 me viennent :

« Et je songe que chacun a dans son pays respectif une famille qui pense à lui et qui attend son retour » (Carnet de campagne de fin de la guerre)

Jean-Claude Mignon

Auteur: Jean-Claude Mignon

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Russie-UE-France.jpg

Attentat: Saint-Pétersbourg touchée en plein cœur

C’est avec tristesse et désarroi que nous apprenions qu’une violente explosion a eu lieu, le 3...

Lire la suite

Lettre_investiture_LR_2016__2_.jpg

Elections législatives 2017: en route vers l'alternance !

L’année qui se profile est celle de tous les défis ! Tout d’abord, nous devrons relever le défi de...

Lire la suite